•  


    poteau de clôture en bois

    Bien installer un poteau de clôture en bois

    Épargnez-vous des ennuis en plantant vos poteaux de la bonne façon et en les protégeant contre la pourriture. Enfouissez un tiers de leur longueur dans la terre après les avoir enduits d’une protection pour le bois...  

    >>>Lire la suite<<<


    Pavage marches d'escaliers

    Bien réaliser un dallage de marches d’escalier

    Les dalles de béton constituent d’excellentes marches d’escalier de jardin, avec des contremarches faites de briques ou de dalles plus petites. Si vous vous servez de dalles que vous fabriquez...  

    >>>Lire la suite<<<



    Construire sa propre piscine creusée étape par étape

    Construire sa piscine creusée peut être une expérience enrichissante mais aussi, accessible pour tout bricoleur. Puisque aujourd'hui les piscines sont fabriquées à partir de matériaux à la pointe de la technologie...  

    >>>Lire la suite<<<


    Aménagements Extérieurs

    Construire une pergola en bambou

    Vous pensez que quelque chose manque à votre jardin ou vous recherchez peut-être à ajouter quelque chose au paysage de votre jardin. Alors peut-être voudriez-vous faire comme moi, construire une pergola...  

    >>>Lire la suite<<<


    Construction d'un bonhomme avec des pots en terre cuite

    Vous possédez quelques vieux pots en terre cuite mais vous ne savez pas quoi en faire. Alors, rien de plus simple, pourquoi ne pas les réutiliser pour rendre votre jardin plus attrayant et lui donner...  

    >>>Lire la suite<<<


    La construction d’un muret en pierre

    La maçonnerie participe au décor du jardin et à l’environnement de la maison, en particulier lorsqu’elle est exécutée en pierres. C’est le cas des murets de clôture et de soutènement...  

    >>>Lire la suite<<<


    Construire sa terrasse

    Une terrasse peut être construite sur une chape de béton ou sur du sable. Le type de pose dépend du matériau utilisé pour le revêtement de finition. Une chape en béton accueille un carrelage ou une pierre naturelle...  

    >>>Lire la suite<<<


    Comment concevoir sa piscine naturelle

    Une piscine naturelle aussi appelé étang de baignade naturel est une étendue d'eau qui n'utilise aucun produit chimique ou équipement électrique pour désinfecter l'eau...  

    >>>Lire la suite<<<


    La pose d’une clôture grillagée

    Le grillage est un système de clôture courant, très souvent associé à la végétation sous forme de haies régulières ou de haies en touffes. On peut choisir entre différents types de grillages...  

    >>>Lire la suite<<<


     

    1 commentaire
  • Le grillage est un système de clôture courant, très souvent associé à la végétation sous forme de haies régulières ou de haies en touffes. On peut choisir entre différents types de grillages : grillage simple torsion, grillage soudé à maille rectangulaire, panneaux soudés... Quelques étapes de pose sont semblables pour tous les systèmes de clôtures : l'alignement des piquets, les scellements... d'autres, en revanche sont plus spécifiques. Découvrez dans cette fiche-conseil la technique classique.

     

    Le plan

    Avant même l'achat du matériel, faire un plan à l'échelle de la clôture en indiquant les poteaux d'extrémités, les poteaux d'angle, les poteaux de reprise de tension tous les 25 m. L'espacement entre poteau doit être, de préférence régulier (pour l'esthétique) et compris entre 2 m et 2 m 50.
    Ce plan permet de calculer avec précision le matériel nécessaire : poteaux, jambes de forces (deux par poteau d'angle ou de reprise de tension et une par poteau d'extrémité), raidisseurs, longueur de grillage...

    La pose pas à pas

    1 : Planter des piquets de bois à chaque emplacement de poteau en fonction de l'espacement déterminé lors du plan.

    2 : Creuser les trous à la bêche ou à la tarière. Le trou doit avoir 20 cm de coté et une profondeur de 40 à 60 cm selon que le terrain est plus ou moins solide (terre argileuse) ou sablonneux.

    3 : Positionner un poteau d'extrémité ou d'angle, assembler les jambes de force aux poteaux. Pour qu'il soit bien vertical, utiliser un fil à plomb ou un niveau à bulles.

    4 : Caler le poteau avec quelques cailloux bien choisis. Préparer le béton de scellement.

    5 : Remplir le trou de béton, vérifier la verticalité du poteau. Un truc : utiliser deux tuiles pour caler le poteau.

    6 : Sceller le poteau à l'autre extrémité. Une fois les scellements pris, tendre un cordeau et aligner les poteaux intermédiaires.

    7 : Fixer les raidisseurs par un morceau de fil de fer à environ 20 cm du poteau.

    8 : Passer le fil de tension dans les trous des poteaux, l'accrocher au raidisseur et tendre. Commencer par tendre le fil du bas et veiller à obtenir une même tension pour tous les fils.

    9 : Dérouler le grillage à plat sur le sol, au pied des poteaux, à l'extérieur de la clôture.

    10 : Enfiler une barre de tension sans les mailles à l'extrémité du grillage.

    11 : Redresser le grillage et accrocher la barre de tension au poteau par 3 ou 4 morceaux de fil de tension.

    12 : Fixer le grillage tous les 50 cm et en quinconce sur les fils de tension avec des morceaux de fil d'attache.

    La protection antirouille

    Les fils d'acier qui constituent le grillage doivent être protégés contre la corrosion. Cette protection est assurée par une couche de zinc déposée par galvanisation à chaud. Selon l'épaisseur de cette couche, on distingue la galvanisation normale (classe B) ou la galvanisation riche (classe C). Pour renforcer la protection et rendre le grillage plus esthétique, on rajoute un enrobage en plastique par gainage ou par plastification.

    Techniques de pose du grillage

    1 : Avec de petits piquets marquer les emplacements de poteaux. Un décamètre posé au sol permet de repérer les emplacements.
    2 : Creuser les trous de scellement de 20 cm de côté sur 40 à 60 cm de profondeur.
    3 : Fixer les jambes de force sur les poteaux d'angles et de reprise de tension.
    4 : Caler le poteau avec quelques cailloux bien choisis. Préparer le béton de scellement.
    5 : Remplir le trou de béton, vérifier la verticalité du poteau. Un truc : utiliser deux tuiles pour caler le poteau.
    6 : Sceller le poteau à l'autre extrémité. Une fois les scellements pris, tendre un cordeau et aligner les poteaux intermédiaires.
    7 : Fixer les raidisseurs par un morceau de fil de fer à environ 20 cm du poteau.
    8 : Passer le fil de tension dans les trous des poteaux, l'accrocher au raidisseur et tendre. Commencer par tendre le fil du bas et veiller à obtenir une même tension pour tous les fils.
    9 : Dérouler le grillage à plat sur le sol, au pied des poteaux, à l'extérieur de la clôture.
    10 : Enfiler une barre de tension sans les mailles à l'extrémité du grillage.
    11 : Redresser le grillage et accrocher la barre de tension au poteau par 3 ou 4 morceaux de fil de tension.
    12 : Fixer le grillage tous les 50 cm et en quinconce sur les fils de tension avec des morceaux de fil d'attache.

    Matériels à utilisés

    -Grillage simple torsion plastifié (hauteur 1 m, 1,25 m ou 1,50 m).

    -Poteaux classiques profil en T avec leurs jambes de force.

    -Fil de tension plastifié.

    -Raidisseurs plastifiés.

    -Fil d'attache plastifié.

    Autres systèmes

    Il existe d'autres systèmes de grillage, par exemple :

    -Le système "prêt-à-poser" qui utilise des poteaux spéciaux et du grillage à maille soudée rectangulaire: le grillage s'accroche directement sur les linguets des poteaux qu'il suffit ensuite de resserrer.

    -Les panneaux grillagés s'accrochent directement dans les gorges des poteaux. Des bloqueurs permettent de solidariser poteaux et panneaux pendant la pose.

    A savoir :

    On "coupe" le grillage en tirant tout simplement sur un fil après l'avoir détorsadé à ses deux bouts. On peut aussi "remailler" deux rouleaux.

    Partager sur Facebook


    >>>Sommaire aménagements extérieurs<<<


    1 commentaire

  • Bien brancher son interrupteur va et vient 

    L’interrupteur va et vient s’utilise généralement quand vous disposez d'un couloir très long, pour éclairer une cage d'escalier ou, pour l'éclairage d'une chambre si l'illumination la plus utilisée est la lumière de la lampe de chevet....

    >>>Lire la suite<<<

     


    Bien réparer et installer votre carillon, sonnette ou avertisseur

    Les carillons et sonnettes utilisent un courant à très basse tension. Un transformateur réduit le courant de la maison de 220 volts à 6, 12 ou 24 volts. Un voltage réduit ne cause pas de secousse électrique...

    >>>Lire la suite<<<

     


    Bien réparer une lampe d'intérieur

    Lorsqu'une lampe clignote ou ne s'allume pas, vérifiez si l'ampoule est en bon état, si elle est bien vissée, si la fiche est en place dans la prise de courant et si la douille fonctionne correctement...

    >>>Lire la suite<<<

     


    Bien installer son électricité à l'extérieur

    Les prises extérieures de courant doivent être étanches. Elles sont ordinairement recouvertes d’un couvercle à ressort. Le joint entre le mur et cette plaque couvercle doit aussi être étanche et enduit de composé de calfeutrage...

    >>>Lire la suite<<<

     


    Bien installer un lustre au plafond

    Tout d’abord, assurez-vous que vous pouvez exécuter le travail vous-même, sans l’aide d’un électricien diplômé, ou faites approuver votre travail, celui-ci terminé. Utilisez une échelle robuste...

    >>>Lire la suite<<<

     


    Bien dénuder et connecter les fils électriques

    Connecter et dénuder est sans nul doute l’activité la plus courante en électricité. Toutes ces connexions sont généralement effectués par vissage et consiste à raccorder plusieurs fils dénudés dans des bornes...

    >>>Lire la suite<<<

     


    Bien installer une antenne parabolique

    Une antenne parabolique permet une meilleure réception d'image et de son ainsi qu'un choix de chaînes françaises et étrangères plus important. Cette fiche vous aidera à bien installer votre antenne parabolique...

    >>>Lire la suite<<<

     


    Fabriquer son tableau de chantier

    Lorsqu’on doit réaliser des travaux, il est nécessaire de disposer d’une alimentation électrique qui garantisse la sécurité. On réalise pour cela un petit tableau de chantier avec plusieurs prises afin de pouvoir raccorder...

    >>>Lire la suite<<<

     


    Bien utiliser les blocs multiprises et enrouleurs

    Rallonges, blocs ménagers, prolongateurs multiprises…autant de systèmes pratiques qui permettent d’alimenter un ou plusieurs appareils électriques à partir d’un seul socle de prise mural...

    >>>Lire la suite<<<

     


    <script src="http://www.blogbang.com/d.php?id=690bdf5625" type="text/javascript"></script> <script type="text/javascript"> </script><script type="text/javascript" src="http://pagead2.googlesyndication.com/pagead/show_ads.js"> </script>

    <script type="text/javascript" src="http://fr.slidein.clickintext.net/?a=9892"></script>


    1 commentaire
  • <script type="text/javascript" src="http://fr.clickintext.net/?v=3.0&a=9892&s[c]=AAAAAA&s[co]=55E2AA&t[cit]=1&n=20"></script>

    Rallonges, blocs ménagers, prolongateurs multiprises…autant de systèmes pratiques qui permettent d’alimenter un ou plusieurs appareils électriques à partir d’un seul socle de prise mural.

    Règles d’utilisation

    Quelques règles simples permettent d’utiliser les rallonges et les multiprises en toute sécurité :

    -Lire les caractéristiques de l’appareil avant son utilisation.

    -Ne brancher que sur une prise murale adaptée : prise 16 A alimentée par un circuit avec terre de trois fils de 2,5 mm² de section. Attention aux prises anciennes !

    -Utiliser ces accessoires uniquement pour des appareils électriques mobiles.

    -Ne jamais « surcharger » la prise murale.

    -Ne pas brancher sur la rallonge ou le bloc une fiche en mauvais état.

    -Dérouler entièrement le câble des enrouleurs pour l’utiliser.

    Attention

    Si on laisse le câble électrique enroulé sur l’enrouleur, la puissance maximale autorisée est de 2,5 à 3,5 fois inférieur à sa capacité lorsqu’il est déroulé.

    Enrouleur équipé d’un câble à 3 fils de 1 mm² :

    -Complètement enroulé, capacité maxi =700 W

    -Complètement déroulé, capacité maxi=2300 W

    Enrouleur équipé d’un câble à 3 fils de 1,5 mm²

    -Complètement enroulé, capacité maxi=1500 W

    -Complètement déroulé, capacité maxi= 3500 W


     

     

     

     

     

     

    Capacité et surcharge

    Une prise murale a une capacité maximale : environ 4500 watts pour une prise 16/20 A alimentée par un circuit de 2,5 mm² de section. Un système multiprise a aussi une capacité maximale. C’est la section des fils constituant le câble de la rallonge ou du bloc multiprise qui permet de savoir quels appareils électriques peuvent être branchés. Des fils de 1 mm² acceptent une puissance maximale de 23oo watts. Il s’agit de la puissance maxi de 3500 watts. Il s’agit de la puissance totale des appareils branchés sur le bloc multiprise.

    Branchement autorisés

    -l’ensemble TV : téléviseur, magnétoscope, décodeur, démodulateur satellite…(chaque appareil ne consomme que quelques dizaines de watts).

    -L’ensemble hi-fi : une chaîne consomme au plus quelques centaines de watts.

    -L’ensemble ordinateur avec imprimante, modem, scanner…consomment ensemble quelques centaines de watts.

    -Des machines électroménagers.

    Branchements à calculer

    Additionner les puissances indiquées sur la plaque signalétique des différents appareils à brancher et vérifier que le total est inférieur à la capacité du bloc ou de l’enrouleur multiprises.

    -Plusieurs appareils de chauffages mobile.

    -Plusieurs appareils électroménagers à forte consommation : four, micro-ondes, fer à repasser, bouilloire, aspirateur, sèche-cheveux…

    Branchements interdits

    -Appareils électriques fixes.

    -Four électrique encastré ou cuisinière électrique.

    -Machines électriques d’atelier, poste à souder à l’arc…

    La protection enfants

    <script type="text/javascript"> </script><script type="text/javascript" src="http://pagead2.googlesyndication.com/pagead/show_ads.js"> </script>

    La norme NF Protection enfants indique que les prises des blocs et enrouleurs sont pourvues d’éclipses coulissantes sur ressort empêchant l’accès aux contacts électriques sous tension qui se trouvent à l’intérieur des prises. Les contacts ne sont accessibles que lorsqu’on enfonce une fiche dans la prise. Un tournevis ou un quelconque objet pointu ne peut pas ouvrir le système.

    Elément de choix

    Rallonges, multiprises et enrouleurs doivent impérativement répondre à des normes de sécurité qui sont liées à la qualité des composants, à la qualité de fabrication, au respect de normes européennes…ce qui implique un prix.

    Critères de choix d’un bloc multiprise

    -Caractéristiques techniques : capacité, robustesse, sécurité enfant, interrupteur général.

    -Nombre de prises.

    -Longueur du cordon d’alimentation.

    -Orientation des prises.

    Eléments pratiques ou esthétiques : possibilité d’accrochage, rangement, coloris…

    Certains prolongateurs multiprises sont conçus pour protéger les équipements électroniques fragiles et coûteux (ordinateurs, téléviseurs, appareils vidéo et audio…). Ils peuvent intégrer trois équipements de protection :

    -Une protection thermique avec coupe circuit,

    -Une protection contre les perturbations optiques et acoustiques qui peuvent se produire sur les écrans TV et les appareils audio et vidéo (filtre antiparasite).

    Critères de choix d’un enrouleur

    -Caractéristiques techniques : capacité, robustesse, sécurité enfant.

    -Les enrouleurs ménagers sont constitués d’un boîtier qui comporte des prises dans lequel s’enroule le câble.

    -Les enrouleurs de travaux ou de jardin peuvent avoir deux systèmes de branchement : soit la fiche mâle est sur le câble enroulé et le socle de prises est sur l’enrouleur soit la fiche mâle se situe sur le moyeu d’enrouleur et la prise sur le câble enroulé.

    -Longueur de câble.

    L’enrouleur à socle de prises décentralisé est conçu pour l’utilisation de plusieurs machines électroportatives à distance, sur un échafaudage, une échelle, en charpente…

    Un modèle particulièrement pratique équipé d’un tambour tournant en roue libre autour du socle de prises de courant qui reste fixe. Ce système permet de dérouler du câble en cours d’utilisation sans qu’il soit nécessaire de débrancher les appareils.

    Partager sur Facebook<script src="http://static.ak.fbcdn.net/connect.php/js/FB.Share" type="text/javascript"></script>


    <script src="http://www.blogbang.com/d.php?id=690bdf5625" type="text/javascript"></script>
    <script type="text/javascript"> </script><script type="text/javascript" src="http://pagead2.googlesyndication.com/pagead/show_ads.js"> </script>

    >>>Sommaire électricité<<<


    1 commentaire
  • Les travaux de menuiserie et d'ébénisterie nécessitent d'assembler des morceaux de bois. Un bon assemblage a deux qualités : la solidité et la discrétion. Si pour faire une étagère de rangement à la cave, on peut tout simplement visser ou clouer, pour réaliser une table basse ou une bibliothèque pour le salon, les assemblages devront être invisibles.
    Ces assemblages simples sont à la portée du menuisier amateur qui permettent la réalisation d'un grand nombre d'ouvrages. Un assemblage classique est constitué de deux parties : un tenon qui pénètre dans une mortaise. Lorsque ces deux parties sont longues, par exemple dans le cas d'assemblage de deux lames de parquet entre elles ; le tenon devient une languette et la mortaise devient une rainure. Lorsque la mortaise est ouverte sur les côtés, on parle d'une "fourche".
     
    Les étapes de réalisation d'un assemblage

    La réalisation d'un assemblage se fait en cinq étapes :

    1. Traçage. Il doit être très précis.

    2. Sciage. Il est réalisé avec une scie à dos dont la lame est plus rigide que celle d'une simple scie égoïne.

    3. Entaillage. Une partie de certains assemblages doit être exécutée par entaillage avec un ciseau ou un bédane.

    4. Encollage.

    5. Emboîtage des deux éléments. On peut avoir à s'aider d'un marteau ou d'un maillet.

    6. Serrage. Il est réalisé avec des serre-joints jusqu'au séchage complet de la colle.

    Assemblage à mi-bois en angle.
    Les pièces sont entaillées à la moitié de leur épaisseur. Une réalisation assez simple uniquement à la scie (en quatre sciages), mais d'une résistance moyenne.
    Assemblage à mi-bois en croix.
    Les joues des entailles sont réalisées à la scie et le fond est entaillé au ciseau à bois. On réalise de la même façon un assemblage enT.
    Assemblage à faux tenon.
    Un faux tenon en bois massif ou en contreplaqué pénètre dans les entailles en fourche des deux pièces à assembler.
    Assemblage à tenon et mortaise.
    C'est l'assemblage type. Il peut être en angle ou enT. Les pièces sont entaillées aux tiers de leur épaisseur. Le tenon est réalisé à la scie. La mortaise à la scie et au bédane.
    Assemblage à fausse languette.
    Une lamelle de contreplaqué (ou de bois) est emboîtée dans les rainures entaillées dans les deux pièces à réunir.
    <script type="text/javascript"> </script><script type="text/javascript" src="http://pagead2.googlesyndication.com/pagead/show_ads.js"> </script>
    Assemblage à mi-bois en angle.
    Les pièces sont entaillées à la moitié de leur épaisseur. Une réalisation assez simple uniquement à la scie (en quatre sciages), mais d'une résistance moyenne.
    Assemblage à mi-bois en croix.
    Les joues des entailles sont réalisées à la scie et le fond est entaillé au ciseau à bois. On réalise de la même façon un assemblage enT.
    Assemblage à faux tenon.
    Un faux tenon en bois massif ou en contreplaqué pénètre dans les entailles en fourche des deux pièces à assembler.
    Assemblage à tenon et mortaise.
    C'est l'assemblage type. Il peut être en angle ou enT. Les pièces sont entaillées aux tiers de leur épaisseur. Le tenon est réalisé à la scie. La mortaise à la scie et au bédane.
    Assemblage à fausse languette.
    Une lamelle de contreplaqué (ou de bois) est emboîtée dans les rainures entaillées dans les deux pièces à réunir.
    MI-BOIS
    Pour assembler à plat, en angle ou enT.
     
     
    ENFOURCHEMENT
    Pour assembler à plat, en angle ou en bout.
     
     
    QUEUES DROITES
    C'est un enfourchement multiple. Pour réaliser un tiroir.
    TENON ET MORTAISE
    Pour assembler en angle, à plat, en T ou en bout.
     
    Techniques de réalisation d'un Assemblage
     
    1. Traçage à l'équerre des joues de l'assemblage à la largeur précise de l'entaille.
    2. Traçage au trusquin des traits d'épaisseur du mi-bois, du tenon ou de la mortaise.
    3. Sciage à la scie à dos des plats des pièces de l'assemblage. Ici, les épaulements du tenon.
    4. Sciage des joues des tenons ou des mortaises en veillant à scier bien verticalement.
    5. Sciage des joues d'une entaille.
    6. Dégagement d'une entaille au ciseau à bois par enlèvement de copeaux en biais.
    7. Exécution du fond de l'entaille avec le ciseau tenu à plat.
    8. Dégagement d'une mortaise au bédane, toujours par copeaux successifs minces.
    9. Dans certains cas, la lime électrique, maniée avec délicatesse, permet de "finir" une entaille ou une mortaise.
    10. La défonceuse permet de réaliser des rainures avec beaucoup de précision
    11. Les deux parties de l'assemblage doivent s'emboîter avec précision, en forçant légèrement.
    12. Après encollage, l'assemblage est serré pendant le temps de séchage de la colle.

    DES REGLES DE BASE:


    • Un assemblage est simplement collé. Il peut être renforcé par une cheville dans les montages à l'ancienne.

    • Plus on augmente la surface de l'assemblage, et donc les surfaces de collage, plus l'assemblage est résistant.

    • Un assemblage doit être très précis, les deux pièces s'emboîtant légèrement en force.

    • La précision d'un assemblage dépend d'abord de la précison de son tracé.

    • Sciage et entaillage au ciseau ou au bédane sont réalisés avec soin, sans précipitation, en utilisant des outils parfaitement affûtés.

    <script src="http://www.blogbang.com/d.php?id=690bdf5625" type="text/javascript"></script>
    <script type="text/javascript"> </script><script type="text/javascript" src="http://pagead2.googlesyndication.com/pagead/show_ads.js"> </script>

    >>>Sommaire menuiserie/réalisations en bois<<<

    <script type="text/javascript" src="http://fr.clickintext.net/?v=3.0&a=9892&s[c]=AAAAAA&s[co]=55E2AA&t[cit]=1&n=20"></script>

    1 commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires